Une promenade reposante à Zōshigaya, sous le regard invitant des chats

Le paysage et l’atmosphère se transforment radicalement lorsqu’on pénètre dans les ruelles de Zōshigaya, à une quinzaine de minutes ou deux avenues de la gare d’Ikebukuro, sortie Est. Les toitures de temple bouddhiste et de sanctuaire shintō, visibles derrière les riches bosquets, ainsi que les élégantes résidences font de Zōshigaya un quartier fier de son histoire et de sa culture. Louise a guidé son amie Naomi dans Zōshigawa pour lui faire découvrir une autre facette attrayante d’Ikebukuro.


1

O-Inari-san : sous forme de renardes et renardeaux, ces divinités protègent les lieux en grand nombre

Ikō Inari
3-18-25 Minami-Ikebukuro, Toshima-ku, Tokyo

Le lieu sacré Ikō Inari se trouve tout au fond, derrière la rangée de torii rouges disposés en labyrinthe. Une atmosphère mystérieuse semble recouvrir ce petit sanctuaire adorable.


2

Verser de l’eau sur la divinité de la beauté féminine, en guise d’onction

Hōmyōji
3-18-18 Minami-Ikebukuro, Toshima-ku, Tokyo
http://www.homyoji.or.jp/ (en japonais)

Kansei’in
3-18-17 Minami-Ikebukuro, Toshima-ku, Tokyo

Adjacent au sanctuaire Ikō Inari, le temple Hōmyōji fut fondé en 810. Célèbre pour ses fleurs, il est d’une splendeur éblouissante lorsque vient la saison où les cerisiers en fleurs forment un tunnel devant l’entrée du temple. À l’intérieur du Tacchū Kansei’in se trouve Benzaiten, divinité de l’art qui fait partie du groupe des sept divinités du bonheur de Zōshigaya. La coutume veut que l’on verse de l’eau sur cette jolie divinité tout en faisant un vœu.

Carte des sept divinités du bonheur de Zōshigaya
http://www.kanko-toshima.jp/Guide/Attention/attention05.html (en japonais)


3

Un lieu de pouvoir dédié à l’adoration de la divinité de l’enfance

La légende raconte que Kishimojin, ogresse qui enlevait et dévorait les bébés, fut punie par le Bouddha et se repentit en devenant la dinivité protectrice des accouchements sans complication et de l’enfance. C’est à cette divinité qu’est dédié le Kishimojin-dō, célèbre parmi les nombreux « lieux de pouvoir » de Zōshigaya.

Fondée en 1781 à Kishimojin, Kamikawakuchiya est la plus ancienne boutique de sucreries bon marché au Japon. Le propriétaire actuel, Uchiyama-san, est le 13e de la lignée. Sa boutique n’offre pas moins d’une centaine de variétés de sucreries !

Le gros abricotier d’argent (Ginkgo biloba), au centre de la photo, est âgé de 600 ans. Malgré cet âge respectable, son superbe feuillage jaune imprègne encore les environs immédiats lorsque vient l’automne.

Kishimojin-dō
3-15-20 Zōshigaya, Toshima-ku, Tokyo
http://www.kishimojin.jp/ (en japonais)


4

Un goûter informel dans un café aménagé dans une maison traditionnelle

Kiazumakohi
3-19-5 Zōshigaya, Toshima-ku, Tokyo

Repas léger au Kiazumakohi, un café qui met en valeur une maison traditionnelle bâtie il y a 80 ans. Un sourire radieux trahit le plaisir d’y déguster le fameux hot-dog maison dans cette atmosphère agréable.


5

L’agréable dallage de la rue commerçante de Kishimojin

Bureau d’information de Zōshigaya
3-19-5 Zōshigaya, Toshima-ku, Tokyo
https://www.toshima-mirai.jp/zoshigaya/ (en japonais)

« Zōshigaya Annaijo », le bureau d’information de Zōshigaya, a réponse à toutes vos questions ! On y vend aussi des jouets traditionnels japonais fabriqués à la main, dont les hiboux en roseau de Chine et les moulins à vent en papier Genroku qui figurent sur les peintures Ukiyo-e.


C’est ici que l’on peut apercevoir le seul tramway de Tokyo.


6

Participer à la collecte originale des tampons

Lorsque l’on visite un temple ou un sanctuaire au Japon, on peut y apposer le tampon des lieux dans un livret. Photo prise avec Kiyoshi-san, le guji (grand prêtre) qui a apposé le tampon. Un souvenir de plus de cette promenade à Zōshigaya !

Ōtori-jinja
3-20-14 Zōshigaya, Toshima-ku, Tokyo
http://www.tokyo-jinjacho.or.jp/syoukai/19_toshima/19008.html (en japonais)


7

Voyage dans le temps : le Japon d’il y a un demi-siècle

Sembei Ogura-ya
1-5-2 Zōshigaya, Toshima-ku, Tokyo

Découverte d’un marchand de sembei (biscuits de riz) dans la rue commerçante Tsurumaki-dōri, où règne une atmosphère des années 1950 et 60. On peut y assister à la préparation des biscuits sous la main experte de l’artisan.

Le temps s’écoule tout doucement dans la rue commerçante Tsurumaki-dōri. On peut y voir la vie quotidienne des Japonais.

Magasin Tabineko
2-22-17 Zōshigaya, Toshima-ku, Tokyo
http://www.tabineko.jp/ (en japonais)

Tabineko, magasin de livres usagers et d’articles divers japonais, jouit d’une grande popularité auprès des femmes. La résidente locale rencontrée devant le magasin nous a raconté l’histoire de Zōshigaya.


Zōshigaya abonde en ruelles et ses rues sinueuses attisent la curiosité.


8

Visite d’une résidence en bois au style occidental du XIXe siècle, chose rare à Tokyo

Zoshigaya Missionary Museum
1-25-5 Zōshigaya, Toshima-ku, Tokyo
http://www.city.toshima.lg.jp/129/bunka/bunka/shiryokan/kyusenkyoshikan/004412.html (en japonais)

Ce bâtiment, construit à la manière des maisons de banlieue américaines du XIXe siècle, servit autrefois de résidence et de base missionnaire à John Moody McCaleb. On y organise aussi, occasionnellement, des concerts dans le jardin.


9

Un cimetière clair et tranquille qu’adorent les chats

Des gens qui ont marqué l’histoire du Japon reposent dans ce cimetière, dont notamment le grand écrivain du XIXe siècle, Natsume Sōseki. Les chats de Zōshigaya apprécient ce cimetière calme et ensoleillé. Ils aiment également s’y prélasser à l’ombre des pierres tombales.


PAGE TOP